Lire la vidéo

Le Cri

Genre : Monologue
Comédienne : Muriel Kammerer

Mise en scène : Martine Sénéchal
Avec la complicité de : Simon Bourgade
Création lumière : Frédéric Quénehem
Partenaires : Compagnie Golmus, Département de Saône et Loire, Ligue de l’enseignement, FNCTA

Espace pro

Dossier de presse, fiches techniques, photos, affiche du spectacle.

Pourquoi Camille Claudel ?

On ne compte plus les spectacles autour de Camille Claudel, théâtre, danse, lectures, puis deux films « Camille Claudel » de Bruno Nuytten qui reste dans les mémoires, et « 1915 » de Bruno Dumont qui m’a réellement interrogée puis passionnée sur l’enfermement de Camille Claudel.

Une femme dont je découvre l’œuvre un jour en apercevant une photo de « la petite châtelaine », qui émeut par sa douceur, par son regard et la pureté des lignes… Puis j’approfondis, découvre les œuvres de l’artiste puis c’est la rencontre avec le personnage par la lecture de « Une femme » d’Anne d’Elbée, puis les correspondances et d’autres lectures, puis les expositions et un jour une visite à Mondevergue à l’occasion d’une exposition au sein même de ce centre psychiatrique… Et la vie, l’œuvre de Camille Claudel m’interpellent de plus en plus, puis c’est une fascination pour son œuvre et l’artiste jusqu’à la découverte du livre de Elie Bricéno « EXILS » aux éditions l’Harmattan, qui nous embarque dans l’exil de Camille Claudel, arrachée à sa terre.

« PAS UN JOUR SANS UNE COURBE, PAS UN JOUR SANS SONGER À LA FORME.
LA LIGNE PARFAITE, UNE LIGNE, UNE SEULE POUR UNE SCULPTURE IDEALE »

Note d'intention

En tant que chorégraphe et passionnée d’art, il m’est apparu comme une évidence que devait naître un projet après ce coup de foudre pour le travail de Camille Claudel et le personnage qu’elle représente.

On ne peut dissocier la danse des sculptures de Camille Claudel… les courbes, la passion, l’énergie que dégagent ses sculptures furent un appel à la mise en scène…

Pas un jour sans une courbe, pas un jour sans songer à la forme, pas un jour sans une ligne. La ligne parfaite, une ligne, une seule pour une sculpture idéale.”

Si Camille Claudel me passionne en tant que chorégraphe, elle est avant tout une femme avec son histoire forte d’émotions, et c’est en cela que la danse ne suffisait pas.

Camille Claudel, profession sculpteur… est aussi et avant une femme, artiste, libre et autonome…

Nous sommes au XIXème siècle, Camille Claudel avec force et détermination s’im- posera dans ce milieu masculin… ELLE RENCONTRE LES PLUS GRANDS…Boucher, Dubois puis Rodin.

Le monde commencera à connaître Camille Claudel à travers sa passion pour Rodin, une passion charnelle.

Camille Claudel sait depuis longtemps qu’elle a un talent, elle travaille comme un homme pour y arriver, elle s’épuise dans la sculpture et dans la passion pour Rodin, passion qui la brûle à petit feu, qui la dévore… Elle s’acharne.

« La mémoire est indélébile, infaillible. Laissez mon cercueil ouvert en souvenir d’une âme libre. Papa, manger, boire, dormir c’est naturel. Sculpter chez moi c’est inné pardonne-moi maman Rodin… Tu m’as abandonnée. Tu m’as humiliée. Je t’emmerde. »

La mise en scène

Une comédienne seule en scène, une présence, Camille raconte, mais Camille Claudel est là avec nous avec sa terre, son frère, sa mère, son père, Rodin… Mais elle est seule, toute seule à se demander pourquoi… elle a peur, elle a froid elle a faim.

Pas d’artifice, pas de parasites pour combler… nul artifice pour effacer Camille Claudel. Une bassine, qui sera tantôt le souvenir de la couleur brune de la terre, un brin humide. Sa chaise, des barreaux…

Camille est seule face à nous elle nous crie ce désespoir qui en 2018 passionne encore et toujours.

Avec le temps l’inacceptable devient très acceptable. Avec le temps viendra la seconde, juste une fraction de seconde, où chacun prendra une parcelle de mon histoire pour la faire sienne. Ce moment là, c’est de l’art. L’instant d’après, j’appartiens à l’histoire, mes sculptures deviendront intemporelles. Ce jour là, il sera de bon ton de m’aimer.

Comédienne

Qui peut se permettre d’interpréter ce texte, Muriel Kammerer, comédienne a été une révélation pour la Cie Golmus et en tant que metteur en scène, j’ai attendu cette rencontre, ce coup de foudre pour jouer Camille Claudel…

Après 5 ans elle est arrivée à nous.

Muriel, avec son expérience, sa maturité a découvert le texte d’Elie Briceno et tout comme moi est tombée en extase… Elle en rêvait…

Une comédienne passionnée, endurante, et touchante… Qui mérite l’âme de Camille Claudel.

 

Critiques

"Une oeuvre est toujours un ci d'amour dans le désert" écrivait Francois Mauriac. Plus que jamais cette pièce superbement habitée par Muriel Kammerer dit ce cri d'amour et de mort.
JSL
Le JSL
C’est une réelle performance à laquelle se livre la comédienne, qui n’économise pas son énergie. Elle fait corps avec la terre, elle veut créer… Elle est sculpteur ! La comédienne Muriel Kammerer est une véritable révélation dans ce rôle qui lui colle à la peau, à la chair… La matière, le corps, la passion, l’ Enfer.   Le Cri, c’est le cri d’une femme qui veut être libre, indépendante, sculpteur, qui n’a pu prendre sa place ou plutôt, la place qu’on n’a pas voulu lui donner, les convenances, vous savez, les us, les mondanités…!  À la fin de la présentation, les applaudissements sont nourris. Comme si on libérait Murielle, la comédienne, de ce personnage et de sa douleur… Le public semble lui dire : c’est terminé, reviens vers nous !